GeoExMachina

Blog géomatique

Tutoriel pour PisteCreator



Le plugin Qgis PisteCreator a été conçu pour les besoins de l'ONF et des exploitants forestiers en Guyane. La Guyane, c'est l'ultramarin, le soleil, les palmiers et la forêt amazonienne. Mais quand il s'agit de sortir des bois de la forêt, rien n'est simple. En métropole, les plantations représentent 13 % des forêts. En Guyane, pas de plantation, ou celles-ci ne sont qu'en phase d'expérimentation. Ici le bois est coupé en forêt primaire. Et pour cela, il faut des pistes forestières. Je ne suis pas ingénieur des ponts et chaussées, mais pour tracer des routes, il me semble qu'il existe quelques contraintes. Ne serait-ce que pour qu'un grumier puisse monter une côte et qu'il ne se renverse pas, il faut faire attention aux pentes. Or après quelques recherches j'ai vu qu'éditer une couche vecteur en prenant en compte un modèle numérique de terrain (MNT), ce n'était pas quelque chose de fait.
Jusqu'ici les opérateurs se basaient sur les isolignes issues du MNT afin de repérer là où il faut faire passer la piste.

Alors on est bien d'accord, l'édition d'une piste sur SIG et la réalité terrain sont deux choses bien différentes, mais autant faire au mieux dès le début. Personnellement, je n'ai pas le compas dans l'oeil, je préfère avoir les chiffres devant les yeux. PisteCreator est là pour ça. C'est une extension Qgis qui permet d'éditer une couche vectorielle linéaire tout en affichant les pentes (en long et en travers) qu'il calcule à partir du MNT également renseigné. La précision du tracé dépendra bien entendu de la résolution du MNT. Je vais expliquer ici le fonctionnement de PisteCreator, je vous invite à l'installer via Github ou par Qgis. Une fois installé, il suffit de cliquer sur la petite icône de camion pour lancer PisteCreator. Un panneau s'ouvre, suivant vos préférences, sur le côté ou en fenêtre volante. Une image vaut mieux qu'un long discours pour en expliquer la teneur :


Pour être clair, suivez le guide :
  1. Couche vecteur à éditer (↻ pour actualiser les couches)
  2. Couche rasteur du MNT (↻ pour actualiser les couches)
  3. Ouvre le panneau des options
  4. Lance l'édition
  5. Permet de visualiser à nouveau le profil d'une piste
  6. Affichage des variables de pentes et de longueur en direct
  7. Graphique du profil de la piste en édition
Configuration :
La première chose à faire, c'est renseigner les couches avec lesquelles on va travailler. Un petit clic sur chaque button ↻ et vous pourrez choisir les couches qu'il vous faut.
On peut ensuite définir les paramètres de calcul à partir du panneau d'options.


Allons dans le détail des paramètres :

- La distance latérale définit la distance à laquelle on va mesurer l'altitude du MNT pour calculer les pentes latérales. Comme on l'a déjà dit, la précision va dépendre du MNT, mais ici, la largeur de la route doit également être prise en compte. Si la chaussée mesure 6 m de largeur, il va falloir chercer les points d'altitude à 3m de chaque côté, et même sans doute plus (bas-côtés, nécessité pour les travaux, etc), à vous de voir.

Cocher l'interpolation du MNT permet d'obtenir la valeur d'altitude interpolée en tout point du raster. Sans cela, les valeurs discrètes du raster faussent les calculs de pentes.

- Les autres options sont des aides graphiques. Elles permettent de fixer les seuils de pentes voulues en longueur et en largeur. Si les paramètres sont respectés, le trait de construction du segment apparaitra vert, sinon il apparaitra rouge. De même, on peut renseigner une longueur de segment maximum, afin d'éviter (ou de bloquer) la création de segments trop longs. Dans ce cas le trait prendra une teinte plus sombre. Pour finir on peut activer l'affichage d'une zone de buffer, pour les besoins spécifiques des forestiers qui souhaiteraient que les arbres à couper soient à portée de câble depuis la piste. Pour l'instant les couleurs sont fixes mais je songe à laisser le choix à l'utilisateur, notamment pour les personnes daltoniennes.

Utilisation :
Une fois configuré, on lance l'édition en cliquant sur Éditer. On place le premier point là où commence notre piste à l'aide d'un clic gauche. À partir de là, le plugin va permettre d'obtenir les informations de pentes en fonction du déplacement du curseur. Pour rajouter un sommet à la polyligne, il suffit de faire un nouveau clic gauche. Lorsqu'on termine la polyligne, un double clic ou un clic droit.
En cas d'erreur de tracer, pas de panique un simple Retour arrière (ou backspace pour les anglophones) permet de retirer le dernier point. Pour supprimer entièrement la polyligne, on utilise Échap.
Vous remarquerez qu'à chaque clic, le graphique se met à jour avec le profil de votre piste. Pour l'instant pas d'export du profil en image, mais il est possible de recharger les profils grâce à l'outil Sélectionner. Un simple clic et le graphique se remet à jour.

Pour illustrer ça, un petit gif :